L’Institut de recherches sur la consommation GFK confirme la notoriété d’Erfurt & Sohn en Allemagne

On constate une forte augmentation des dépenses, surtout dans le domaine des biens de consommation durables et dans celui de la maison et dujardin.

08.01.2014

Wuppertal, janvier 2014 - Pendant la période de janvier à septembre 2013, l’Institut de recherches sur la consommation GFK de Nuremberg amené pour le compte d’Erfurt, le fabricant de papiers peints de Wuppertal, une enquête détaillée auprès des consommateurs finaux allemands,afin de déterminer les tendances actuelles, notamment sur le marché des papiers peints.
 
Les résultats de cette enquête, qui avait été réalisée sous cette forme pour la dernière fois en 2005, ont montré d’intéressantes évolutions.Le GFK constate que dans presque tous les pays européens observés les consommateurs répugnent de plus en plus à effectuer des achats.Parallèlement, la recherche de la qualité ne cesse de croître, ce qui est particulièrement intéressant pour une marque de qualité telle qu’Erfurt.
 
On constate une forte augmentation des dépenses, surtout dans le domaine des biens de consommation durables et dans celui de la maison et dujardin. Les dépenses en ligne concernant les produits non alimentaires connaissent certes une croissance constante à deux chiffres, mais cellesconcernant le DIY et le jardin, qui se montent à 10,2%, ne constituent qu’une part inférieure à la moyenne des dépenses totales en comparaisonavec d’autres branches. Cependant, 17 % de toutes les dépenses effectuées dans le domaine des produits non alimentaires concernent déjàaujourd’hui le domaine de la maison et du jardin.
 
Pour le fabricant de papiers peints Erfurt, le groupe cible des LOHAS (Lifestyle of Health and Sustainability) est particulièrement intéressant,car ce groupe cible, qui recherche des produits naturels et respectant l’environnement, continue à connaître une croissance constante et soutenue.Si l’on tient compte du fait que les jeunes acheteurs de papiers peints de moins de 35 ans sont généralement moins bien informés des propriétésnocives des plastifiants souvent utilisés dans les papiers peints (75 % de ces acheteurs n’en ont pas encore entendu parler), Erfurt se doitd’intensifier désormais les campagnes d’information mettant en valeur le caractère naturel et sain de ses papiers ingrain et de ses papiers peints.Cette information est d’autant plus nécessaire que, dans 91 % des cas, c’est le client lui-même qui choisit le papier peint, quel que soit le magasinoù il l’achète et indépendamment du fait qu’il demande à un spécialiste de poser ce papier.
53 % des personnes interrogées ont déclaré vouloir désormais choisir un papier ingrain. L’entreprise familiale de Wuppertal a de bonnes cartes, quelque soit le papier peint choisi: quand on interroge les tapissiers, le taux de notoriété assistée est de 61,3 %, un résultat inégalé et qui dépasseencore celui de 2005 (candidat suivant: 20,4 %). Le taux de notoriété spontanée de la marque Erfurt auprès des utilisateurs de papiers peints(28,3 %)est également plus élevé que celui de 2005 (26,9 %). Le candidat suivant obtient un taux de notoriété spontanée de 5,8%.
 
Le commerce, les magasins de bricolage et les artisans ont donc tout intérêt à utiliser désormais une marque qui continue à jouir d’un degré d’acceptationtrès élevé auprès des consommateurs finaux et des tapissiers.